The Ghan, un train mythique qui traverse l’Australie

The Ghan, le dromadaire moderne de l’outback

The Ghan Collage.jpgUn train mythique nous attend à la gare d’Alice Springs : The Ghan. Notre train a quitté Darwin 2 jours plus tôt et est arrivé durant la matinée en ville. Nous y grimpons pour poursuivre notre périple jusqu’à Adelaide. Un voyage étalé sur deux jours et une nuit nous attend. Départ à 12h45, arrivée le lendemain à 11h50 dans la charmante ville côtière d’Adelaide. C’est un voyage dans le temps, nonchalant et apaisant qui va nous offrir un moment contemplatif.

Un service hors pair, agréable et sympathique

the Ghan Mr Engelman.jpgL’accueil du Ghan est la hauteur de ce monument ferroviaire ! Le service est aux petits soins ! Monsieur Engelman, qui comme son nom ne l’indique pas, est Hollandais. Il travaille pour The Ghan depuis 17 ans et se fait une joie d’accueillir des Belges pour pouvoir échanger quelques mots dans sa langue natale. Il est incroyable avec ses belles moustaches, son chapeau typique de l’outback et son franc sourire. Un personnage flamboyant comme on en rencontre tant dans ce luxueux train. Nous aurons tout le temps de faire des rencontres et d’échanger nos expériences de voyages avec les passagers et le personnel, prévenant et serviable.

Relax, un verre de vin australien à la main, au cœur du centre rouge 

Nous ne courrons plus, c’est le paysage qui essaye de nous suivre et nous nous relaxons dans la voiture bar du Ghan. De très bons vins australiens nous accompagnent en douceur vers l’heure du repas. Le décor nous plonge dans une autre époque tandis que le paysage nous emmène dans un monde inconnu, dans l’outback profond. Des étendues vierges à perte de vue, sauvagement belles, nous font de l’oeil.

1200 kilomètres dans le centre rouge de l’Australie. Une parenthèse de calme et de confort dans The Ghan face à un panorama qui n’en finit pas de nous éblouir. Les paysages se succèdent, entre plaines écarlates recouvertes d’une myriade de végétaux et d’arbres endémiques d’un vert intense, de quelques trous d’eau et de kangourous bondissants. En fin de course, en matinée, le paysage évolue. Nous gagnons une vaste région agricole à 3 heures d’Adelaide. Les champs et les élevages s’étirent inlassablement.

P5120589.JPG

La moyenne d’âge du train est assez élevée mais l’ambiance est agréable et très sympathique. Je discute avec quelques passagers. La plupart sont Australiens. Je m’étonne que pour nombre d’entre eux, c’est la première fois qu’ils voyagent dans ce train, qu’ils découvrent l’outback, Ayers Rock… Certains m’expliquent que l’Australie est tellement éloignée de tout, qu’ils préfèrent parcourir le monde tant qu’ils sont en forme et visiter certaines parties de leur pays plus tard. Down Under et sa vision tellement différente du monde !

Les voitures habillées de métal évoquent une modernité qui tranche avec le style classique et cosy de l’intérieur. Moquette et banquettes fleuries, petits rideaux aux fenêtres. Les cabines de deux personnes disposent d’une petite salle de bain avec douche et toilettes. La banquette se transforme en couchettes superposées pour la nuit. Nous allons être bercés et parfois secoués par les vibrations du train qui s’élance inéluctablement vers le sud.

Feu de camp dans le bush sous la voie lactée

Après un délicieux repas dans la voiture restaurant, The Ghan fait halte à Manguri entre 21h20 et 23h30 et nous réserve une surprise. Nous sortons du train en file indienne et suivons les lanternes qui nous mènent à un feu de camp en plein bush. La nuit est claire et les étoiles scintillent de mille feux. On admire la voie lactée et les constellations. Un télescope a été installé et, à tour de rôle, nous admirons Saturne. La planète et son anneau se voient clairement, c’est incroyable ! Une expérience unique ! Un Bailey’s nous est servi sous les étoiles et lentement nous rejoignons notre train de luxe. Me voilà prête à passer une longue nuit bercée par le train.

The ghan nuit Collage.jpg

Petit-déjeuner royal couleur locale

J’ai dormi comme un bébé. Ce n’est pas le cas de tous mes camarades. Les soubresauts du train en ont gênés plus d’un. Une bonne douche, un regard par la fenêtre, it’s time to breakfast ! Le personnel m’accueille et me conduit à ma table impeccablement dressée de blanc. C’est marrant le café et le sucre sont signés Douwe Egberts ! Un petit bout de Belgique est avec nous 🙂

Pour le reste le menu du Queen Adelaide est 100% local. Tous les produits sont issus de la région parcourue. Et il y a un très beau choix ! La journée commence bien ! Miam!

Je commence par le jus du jour aux pommes et myrtilles. Je poursuis avec un délicieux yaourt nature et passion sur un lit de pêches Riverland pochées, saupoudrées d’un crumble d’amandes et de noisettes. Un pur délice ! Ensuite, j’opte pour le full breakfast avec œufs pochés, bacon et tomates, sans oublier les toasts et la fameuse confiture de fraises de la famille Beerenberg. Celle-ci est à la tête d’un vaste domaine depuis 6 générations sur les hauteurs d’Adelaide. D’avril à novembre, les gourmets sont les bienvenus à la ferme Beerenberg Preserves pour cueillir eux-mêmes des fraises dans les champs.

Notre serpent d’acier parcourt justement les derniers kilomètres qui nous séparent d’Adelaide. Vers midi, la gare nous tend les bras. Nous sommes encore sous le charme de cette expérience unique. Le plaisir d’avoir passé quelques heures dans un train de légende qui a accompagné l’histoire de l’Australie et qui a rapproché les hommes des différentes régions du pays. A conseiller !

The Ghan, histoire d’un mythe

Au 19ème siècle, la nouvelle colonie d’Australie du Sud commence à explorer le centre et les territoires vers le nord. Des chameaux ont été importés en Australie vers 1830 pour transporter les explorateurs et leur lourde cargaison vers le centre du pays. Les chameliers arrivèrent avec leur monture en Australie. Ils venaient pour la plupart de l’actuel Pakistan. Mais les locaux s’imaginèrent qu’ils étaient originaires de contrées mystérieuse comme l’Afghanistan. Ils furent donc considérés comme Afghans et appelés ‘Ghans’.

P5120572.JPGLe voyage inaugural du train eu lieu en août 1929 entre Adelaide et Alice Springs. Le Ghan, qui a donc puisé son nom des chameliers, a captivé et transporté pionniers, explorateurs, écrivains, soldats, jackaroos et royautés.

The Ghan en quelques chiffres

  • Entre Darwin et Adelaide via Alice Springs : 2 nuits et 3 jours de voyage (54 heures) sur un 2979 km.
  • Vitesse moyenne : 85 km/h avec un maximum de 115 km/h.
  • 30 membres d’équipage, 20 platinum Services bed, 192 Gold Service beds and 50-100 Red Service seats.
  • 30 voitures.
  • Chaque année, The Ghan parcourt 369.396 km, soit l’équivalent de 9 fois le tour du monde.
  • Notre train de ce jour fait 923 mètres.

the ghan 3.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s